La littératie financière pour tous
Jeux-questionnaires et feuilles d’activités
Feuilles d’activités:
La tenue d’un budget
L’argent du petit cochon Peter

NOUVEAU JEU CANADIEN L’argent du petit cochon Peter
Apprendre des notions d’argent tout en s’amusant avec l’aide du petit cochon Peter! Grâce à ce jeu éducatif interactif, les enfants s’exercent à reconnaître, compter et économiser de l’argent tout en apprenant des faits amusants sur la devise canadienne.
Jouer

Voyez le Sommet surla littératie financière de 2014

Voyez le Sommet surla littératie financière de 2014
Regardez la webémission surle Sommet portant sur les besoins en littératie financière des personnes qui n’ont pasou ont peu accès aux services bancaires.
Voir la webémission

Avantages du REER

Les planificateurs financiers disent souvent que le financement de la retraite comporte trois volets: les prestations du gouvernement, les prestations de l’employeur et l’épargne personnelle. En bout de ligne, c’est toujours une bonne idée de dépendre le plus possible de ses propres ressources.

Le REER constitue l’une des meilleures façons d’épargner pour la retraite et pour assurer la sécurité de son avenir. Si vous ne cotisez pas à un REER, vous manquez une occasion en or d’épargner pour la retraite, tout en diminuant votre fardeau fiscal sur cette épargne.

Voici certaines des caractéristiques offertes par un REER :

Cotisations de l’employeur

De nombreux employeurs versent une cotisation équivalant à une partie de votre épargne. Si vous ne cotisez pas à un REER, vous renoncez à cet argent gratuit. Il est fréquent que l’employeur verse 50 % de la première tranche de 6 % de votre paie que vous épargnez. Dans ce scénario, un employé dont le salaire annuel s’élève à 35 000 $ et qui verse une cotisation équivalant à 6 % (2 100 $) recevrait 1 050 $ en cotisations provenant l’employeur. Il est plutôt difficile de trouver un investissement procurant un rendement de 50 %. Même si votre employeur n’offre pas de cotisations, les avantages fiscaux d’un REER font en sorte qu’il demeure le meilleur moyen d’épargner de l’argent pour la retraite.

Revenus à impôt différé.

Lorsque vous versez un pourcentage de votre paie à un REER, vous commencez immédiatement à payer moins d’impôt au gouvernement. Il en est ainsi parce que votre cotisation est déduite de votre paie avant les retenues d’impôt sur le revenu. Cela signifie que votre revenu imposable est moins élevé, ce qui diminue votre facture fiscale. Vous « différez » ou reportez ainsi le paiement de l’impôt sur le revenu applicable à votre épargne REER et à tous les revenus de placement qui pourraient s’accumuler jusqu’au retrait de votre argent à la retraite. Pour de nombreuses personnes, leur revenu – et par conséquent leur taux d’impôt sur le revenu – est moins élevé à la retraite, de sorte qu’ils paient un montant d’impôt moindre sur leur argent.

Prêts.

Au Canada, un REER vous permet d’emprunter à partir de votre compte pour acheter une résidence principale (Régime d’accession à la propriété) ou pour financer des études (Régime d’encouragement à l’éducation permanente). Dans le cas de ces retraits, l’émetteur du REER ne retient pas l’impôt.

Il y a toutefois des conditions spécifiques à respecter, dont des modalités de remboursement. Assurez-vous de bien comprendre les conditions du prêt et de son remboursement avant de prendre votre décision. On peut obtenir plus d’information sur le Régime d’accession à la propriété et le Régime d’encouragement à l’éducation permanente en cliquant ici.

Options de placement

La plupart des REER offrent une variété de véhicules de placement. Ils comprennent en général les options suivantes:

  • fonds du marché monétaire;
  • comptes à valeur stable, y compris des contrats de placement garantis (CPG) ou des comptes de dépôt bancaires;
  • fonds communs de placement obligataires;
  • fonds communs de placement d’actions;
  • actions de votre propre entreprise.

Chaque type de placement a son propre niveau de risque et de rendement. Par exemple, les fonds du marché monétaire et les comptes à valeur stable ont un risque très faible; cependant, leur rendement potentiel est beaucoup moins élevé que celui d’autres types de placement et ne permet pas toujours de suivre le rythme de l’inflation. Les actions et les obligations comportent un risque plus élevé de perte, mais offrent aussi le potentiel de gagner beaucoup plus, surtout sur de longues périodes.

En général, vous pouvez affecter le solde de votre compte d’après les différentes options disponibles. Vérifiez si les documents de votre REER comportent des restrictions quant au moment et au nombre de fois où vous pouvez demander des changements. Dans le cas de nombreux régimes, ce type de changements peut être effectué en ligne, au moment qui vous convient.

Votre tolérance au risque variera selon votre âge, le moment où vous aurez commencé à épargner pour la retraite et d’autres facteurs. Consultez un conseiller financier qui pourra vous aider à analyser vos options de placement REER et à déterminer la bonne combinaison dans votre situation.

De nombreux conseillers financiers estiment que vous ne devriez pas investir plus de 10 % de votre épargne REER dans les actions de votre entreprise, comme mesure de précaution contre un piètre rendement de celles-ci.

Le temps, c’est de l’argent

Plus tôt vous commencez à épargner pour la retraite, plus votre compte croît rapidement. Par contre, plus vous attendez avant de commencer à investir, plus aurez de la difficulté à combler l’écart. Certains spécialistes affirment que, pour chaque cinq ans de délai, vous devrez peut-être doubler le montant que vous devrez épargner chaque mois pour obtenir le même niveau de revenu à la retraite.

Voici un exemple hypothétique. Supposons que vous versez 5 000 $ par année dans un REER pendant dix ans, que votre placement vous procure 8 % par année et que tous vos revenus de placement sont réinvestis dans votre compte. Selon l’âge que vous aviez lorsque vous avez fait ces cotisations, le montant que vous aurez à 65 ans au moment de votre retraite pourrait différer considérablement :

  • Si vous avez commencé à épargner à 25 ans et avez cessé à 35 ans, lorsque vous prendrez votre retraite à 65 ans, votre compte vaudra environ 787 000 $.
  • Si vous avez commencé à épargner à 35 ans et avez cessé à 45 ans, il vaudra environ 364 000 $.
  • Si vous avez commencé à épargner à 45 ans et avez cessé à 55 ans, sa valeur ne sera que d’environ 170 000 $.
  • Enfin, si avez attendu jusqu’à l’âge de 55 ans avant de commencer à épargner et que vous avez fait des cotisations jusqu’à 65 ans, vous n’aurez amassé qu’environ 78 000 $.

Ces exemples assument que vous n’investissez que 5 000 $ pendant dix ans, et que vous cessez ensuite vos cotisations. En versant ce montant de façon constante, de 25 ans à 65 ans, vous amasseriez plus de 1,35 million au cours de ces 40 années.

Commodité

Bon nombre de personnes trouvent qu’il est plus facile d’épargner lorsque des fonds sont automatiquement déduits de leur paie chaque mois, que lorsqu’elles doivent se fier à elles-mêmes pour se rappeler de mettre de l’argent de côté.