La littératie financière pour tous
Outils de calcul
L’argent du petit cochon Peter

NOUVEAU JEU CANADIEN L’argent du petit cochon Peter
Apprendre des notions d’argent tout en s’amusant avec l’aide du petit cochon Peter! Grâce à ce jeu éducatif interactif, les enfants s’exercent à reconnaître, compter et économiser de l’argent tout en apprenant des faits amusants sur la devise canadienne.
Jouer

Voyez le Sommet surla littératie financière de 2014

Voyez le Sommet surla littératie financière de 2014
Regardez la webémission surle Sommet portant sur les besoins en littératie financière des personnes qui n’ont pasou ont peu accès aux services bancaires.
Voir la webémission

Le fardeau de la dette

Êtes-vous trop endetté? Avez-vous l’impression que vous consacrez trop d’argent aux paiements de vos factures, et pas suffisamment à l’épargne et à ce que vous aimez dans la vie? Si c’est le cas, c’est une bonne idée de comparer le montant de votre dette et celui de votre revenu. Vous aurez ainsi une idée claire de votre santé financière.

Le fardeau de la dette

Cette expression est utilisée pour décrire le montant de la dette d’un consommateur. On l’utilise souvent pour comprendre si le montant du crédit du consommateur est « sécuritaire ». Les créanciers examinent le ratio dette/revenu, comparant votre revenu avec vos dépenses pour analyser si votre dette est trop élevée. Le ratio dette/revenu est calculé mensuellement et révèle à quel point votre portrait financier est bon ou mauvais.

Le fardeau de la dette correspond au total de tout l’argent que vous devez :

  • prêt hypothécaire;
  • prêt aux étudiants;
  • cartes de crédit;
  • même les prêts consentis par des amis et la famille.

Le ratio dette/revenu

Après avoir calculé le fardeau de votre dette, vous pouvez en évaluer l’ampleur. Vous pouvez calculer vous-même ce ratio de la manière dont les banques et les créanciers le font, en déterminant votre ratio dette/revenu – soit le montant que vous devez par rapport au montant que vous gagnez. C’est plutôt simple :

  1. Faites le total de tous vos versements mensuels qui ne sont pas liés au logement – y compris les cartes de crédit, le prêt hypothécaire et la pension alimentaire. (Si vos versements mensuels ne sont pas fixes, vous pouvez estimer que vos versements mensuels correspondent à 4 % du total que vous devez.)
  2. Prenez le total de votre salaire annuel brut et divisez-le par 12. Il s’agit de votre revenu mensuel. Si vous n’avez pas de versements mensuels fixes applicables à des dettes renouvelables, comme des cartes de crédit, vous pouvez estimer que vos versements mensuels correspondent à 4 % du total que vous devez.
  3. Divisez les versements mensuels de votre dette par votre revenu mensuel.
  4. On exprime en général ce ratio en pourcentage, de sorte que vous devriez placer un point décimal à deux chiffres à partir de la droite. Vous obtenez votre ratio dette/revenu.

Exemple :
Revenu mensuel brut de 2 000 $
Dette mensuelle de 500 $ (versements sur les cartes de crédit, factures d’essence et versements pour la voiture)
500 $ / 2 000 $ = 0,25
Votre ratio dette/revenu est de 25%.

À quel montant est-on trop endetté?

Vous seul pouvez savoir si vous êtes trop endetté. Si vous vous sentez coincé financièrement chaque mois, à cause de vos factures de cartes de crédit, vous n’avez besoin de personne pour vous dire que votre dette est trop élevée – vous le savez.

Si votre dette excluant votre logement est de 10 % ou moins, vous êtes en très bonne santé financière. Si elle se situe entre 10 % et 20 %, vous pourrez probablement obtenir du crédit. Toutefois, plus vous vous rapprochez de 20 %, plus vous êtes près d’atteindre le seuil d’un fardeau de la dette raisonnable. Les créanciers seront moins enclins à vous consentir un prêt si votre ratio dette/revenu est aussi élevé, et ceux qui le feront vous imputeront probablement un taux d’intérêt élevé.

Si votre ratio dette/revenu est supérieur à 20 %, vous aurez probablement de la difficulté à boucler votre budget.

Quant à la dette liée au logement que vous n’avez pas incluse dans vos calculs, il y a eu de nombreuses tentatives pour trouver des formules permettant d’établir des limites quant au montant de la dette immobilière. L’une d’elles recommande un montant correspondant à deux ou trois fois votre revenu annuel. Si le revenu annuel du ménage s’élève à 70 000 $, le prêteur pourrait alors vous consentir un prêt hypothécaire maximal de 210 000 $, pourvu que la valeur de la maison équivale à ce montant et que les autres facteurs de crédit soient satisfaisants. 

Toutefois, les consommateurs devraient faire preuve de prudence. Ce n’est pas parce qu’un prêteur est disposé à vous consentir du crédit jusqu’à un certain plafond que vous devez nécessairement l’atteindre. Vous devriez aussi tenir compte de vos dépenses fixes et variables afin de déterminer votre capacité de paiement. Le montant de vos dépenses immobilières peut dépendre de la région où vous vivez. Rappelez-vous ceci : si votre dette immobilière est élevée, vous voudrez probablement la compenser par un ratio dette/revenu plus faible.

La règle 28/36

La règle 28/36 est un autre outil que les prêteurs hypothécaires utilisent pour évaluer votre admissibilité à la dette. Il est ici suggéré que le service de la dette mensuelle de votre ménage ne dépasse pas 28 % de votre revenu brut mensuel. Le total du service de la dette, y compris vos versements applicables au logement et toutes vos autres obligations financières, ne devrait pas dépasser 36 % de votre revenu mensuel brut.

Les sociétés hypothécaires comparent aussi le fardeau de la dette au revenu annuel. Le montant du prêt correspond en général à trois fois le revenu annuel. Par conséquent, si l’acheteur d’une maison gagne 30 000 $ par année, il pourrait obtenir un prêt hypothécaire de 90 000 $.