Le décès d’un conjoint

Le décès d’un conjoint est dévastateur. Les pertes financières qui en découlent peuvent aggraver la situation.

Si votre conjoint avait en main la majorité des responsabilités financières, le simple fait de payer les factures vous semblera accablant. Cependant, c’est une situation gérable et vous pouvez vous en sortir.

Essayez de ne pas prendre de décisions à long terme. Donnez-vous du temps. Lorsqu’on traverse un bouleversement émotif, il est plus difficile de prendre de bonnes décisions.

La paperasserie

Pour régler les affaires de votre conjoint, la première étape consiste à recueillir les documents appropriés. Commencez par les suivants:

Bon nombre des documents dont vous avez besoin pourraient se trouver dans un coffre bancaire. Si vous pouvez ouvrir ce coffre avant le décès de votre conjoint, videz-le. Dans certains cas, le coffre bancaire est mis sous scellé après un décès, même s’il est enregistré aux deux noms. Si votre conjoint est déjà décédé, et si le coffre bancaire est sous scellé, consultez votre avocat pour obtenir une autorisation d’un tribunal pour y avoir accès.

Mettez de l’ordre dans vos finances

Si vous recevez une prestation d’assurance-vie, épargnez cet argent. Déposez-le dans un compte portant intérêt, mais conservez-le en argent liquide. Vous pourriez en avoir besoin.

Assurez-vous que vous avez droit à une assurance couvrant vos soins dentaires et vos médicaments. Si vous étiez couvert par l’entreprise de votre conjoint, informez-vous pour savoir si cette couverture s’applique toujours et pour combien de temps. Si vous n’êtes pas couvert, envisagez une assurance privée.

Utilisez les documents recueillis pour obtenir ce qui suit:

Les impôts

Ceci n’est qu’un bref aperçu des questions fiscales auxquelles vous ferez face. La question des impôts peut être très complexe, ce pourquoi vous devriez consulter un conseiller fiscal professionnel.

Vous devez remplir une dernière déclaration d’impôt sur le revenu au nom de votre conjoint décédé. En général, ce qui se produit, c’est que les biens immobilisés de votre conjoint – comme les biens autres que la résidence principale, les actions, les obligations et autres placements – sont « réputés » avoir été vendus à la juste valeur marchande, à la date du décès. Tous les gains en capitaux qui en découlent doivent être ajoutés au revenu de la personne décédée aux fins d’impôt pour l’année du décès. Ces gains sont ajoutés au revenu (salaire, etc.) reçu par la personne décédée avant son décès, pendant l’année d’imposition. Par conséquent, le montant des impôts à payer peut-être considérable, et les règles servant au calcul des gains (et des pertes) et des impôts sont très complexes. Voilà pourquoi il est très avisé d’obtenir une aide professionnelle.

Quelques petits détails

Passez en revue votre testament et faites les rajustements nécessaires pour refléter votre nouvelle situation. Vous aurez probablement besoin de modifier le nom de votre bénéficiaire et vous devrez probablement désigner un nouvel exécuteur testamentaire. Modifiez les comptes bancaires, les cartes de crédit, les actes notariés et les biens détenus conjointement afin qu’ils soient uniquement à votre nom.

©2000-2020 Visa. Tous droits réservés.